Nouveau : Marions-nous ! un sacré chemin - Un itinéraire vers le mariage aux Editions de l'Atelier , par le créateur de ce site ...

 

Copyright : PMC Interactif 2000-6 ...

Dernière mise à jour : PMC Interactif Jeudi 19 Octobre 2017


La revue Alliance

  Coordonnées
  Index des numéros
  Index thématique
  Sommaire numéros
  Abonnement

 

Articles en ligne

 

  Dialogue en couple

  Face à l'homo-
 sexualité
 (X.Thevenot)


  Le Conflit,
 échec ou défi
  (D. Balmelle)


  Quelques critères
  de choix
  (D. Sonet)


  La tendresse
 est-elle l'amour ?
  (X. Lacroix)''

retour
Vous êtes ici : PMC/ Chemins / La revue Alliance / Les numéros...

 Ou demeures-tu ?

     

    La maison, mon miroir

    Une construction à deux

    La chambre des enfants

    Espace de prière

    Sans logis

 Prix : 9 euros

 Sommaire

  • Ma maison, miroir de moi même
  • Habiter des espaces à vivre
  • Allons à la maison
  • De la bonne distance...pour habiter sa maison
  • L'acte d'habiter
  • A Paris, une réalité d'aujourd'hui
  • Notre port d'attache
  • La maison qui sauve
  • Enfin seuls !
  • Un espace vital pour le prière
  • Coins Prière
  • Prière
  • Dessine moi une maison
  • L'enfant et sa maison
  • Quand un enfant à deux ou trois maisons
  • Etre chez soi chez sa mère
  • Sans adresse, sans lien
  • La maison de l'Evangile de Marc
  • Une maison communautaire
  • La demeure de Marie
  •  

Chroniques

  • L'oeil et la plume
  • Le mariage au fil du temps Michel Rouche
  • Alliance Infos Monique Rouche

 

Editorial :

Une chaumière et un coeur. Cette expression populaire montre bien le lien primordial qui relie un couple amoureux à sa maison. L'un ne va pas sans l'autre et le drame des sans-logis est là pour prouver que la formation de la personnalité des enfants ne peut avoir lieu s'ils n'ont pas ce point d'ancrage. L'amour est orphelin sans sa maison. Pas de logement signifie aujourd'hui misère d'amour. Pourquoi ? La maison, qu'elle soit appartement, individuelle ou villa de vacances, est d'abord ma maison. Miroir de moi-même, elle permet de marquer son territoire. L'avoir, ici, conforte l'être. Cette maîtrise d'une petite partie de la création est une manière de participer au plan de Dieu sur l'humanité: Emplissez la terre et dominez-la. Ainsi peut se forger l'identité de chacun. Cette domination de l'espace s'accompagne d'un achèvement de soi, grâce à cette enveloppe psychique que constitue la maison, ventre maternel de remplacement, mais que chacun, cette fois-ci, a lui-même tissé et bâti, en l'arrangeant selon ses goûts. Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? s'interrogeait le poète. Ouverte aux autres et au monde, avec ses pièces communes et ses chambres, celle des parents, celle des enfants, la maison est le lieu où tous se rencontrent, mais aussi où chacun se retire pour y découvrir l'intimité, cette conquête récente de l'amour conjugal. Là se célèbrent les mystères du mariage, l'échange des paroles de l'ineffable. Dans la pièce commune, la table y voit le couple célébrer la liturgie du repas. La maison voit donc se forger la personnalité de chacun, mais aussi l'unité du couple par les discussions communes qu'elle oblige à prendre. Elle remplit aussi une troisième fonction avec la chambre de l'enfant. Il lui faut son chez soi, sécurisant, son petit monde à lui qui changera d'aspect avec le temps jusqu'à l'adolescence. Et si les parents divorcent, il lui faut deux ou trois maisons pour pouvoir continuer à garder ses repères qui lui permettront d'acquérir sa liberté. Nous sommes donc notre maison. Voilà pourquoi les disciples demandent à Jésus: "Où demeures-tu ?" et pourquoi la maison préparée pour la Cène est déjà figure de l'Eglise. Marie est elle-même une maison, un jardin clos où se prépare la venue du Dieu fait homme. Et la crèche de Noël, cette maison provisoire, renvoie à la maison définitive, la maison du Père.

Michel Rouche

    Pprécédentehomepsuivante