Nouveau : Marions-nous ! un sacré chemin - Un itinéraire vers le mariage aux Editions de l'Atelier , par le créateur de ce site ...

 

Copyright : PMC Interactif 2000-6 ...

Dernière mise à jour : PMC Interactif Mercredi 29 Mars 2017


La revue Alliance

  Coordonnées
  Index des numéros
  Index thématique
  Sommaire numéros
  Abonnement

 

Articles en ligne

 

  Dialogue en couple

  Face à l'homo-
 sexualité
 (X.Thevenot)


  Le Conflit,
 échec ou défi
  (D. Balmelle)


  Quelques critères
  de choix
  (D. Sonet)


  La tendresse
 est-elle l'amour ?
  (X. Lacroix)''

retour

 

Vous êtes ici : PMC/ Chemins / La revue Alliance / Les numéros...

 
Affronter ensemble la maladie - n°128

[Sommaire] [Editorial] [Conditions d'abonnements ou téléchargement d'un bon de commande]

Le point de vue de PMC : "Un numéro hors du commun, sur un sujet délicat. Traité, comme toujours avec beaucoup de finesse... Alliance reste une revue de premier plan...

 Sommaire

Courrier des lecteurs

Éditorial Michel Rouche

Rupture d'un équilibre

Colette Lacoste

Une solitude morale

Expériences

La maladie: une interrogation pour le couple

Madeleine Natanson

Le couple à l'épreuve de la grande maladie

Marie-José Perroquin

Quand la dépression blesse la famille

Françoise Sand

Dans l'enfer de la dépression

Expériences

Les dessins d'enfant nous parlent

Geneviève de Taisne

Parler du cancer

Docteur Girardier

Jésus, fais de nous des guérisseurs

Prière

Vivre avec une sclérose en plaques

René Marteau

Quand la maladie s'aggrave

Jean Kammerer

La guérison inattendue, ca existe

Expériences

Face à un parent malade

Expériences

Maladie du parent, symptômes de l'enfant

Marie-Claire Claudon

A l'écoute de l'enfant atteint

Expériences

Quand la maladie survient chez les grands-parents

Marie-Aimée Guilhot

La maladie, chemin de fécondité ?

Xavier Thévenot

Chroniques

Parents-Enfants:

Comment réagir aux pleurs ? Jacques Arènes Le mariage au fil du temps:

Yves de Chartres, un réformateur du mariage Michel Rouche

Alliance infos Monique Rouche


 Editorial

"Pourquoi m'as-tu fait ça ?" Cette sourde interrogation vient frapper un jour ou l'autre les couples ou les familles lorsque survient la maladie, qu'elle soit inattendue, brève ou longue. Elle perturbe non seulement le malade mais aussi le conjoint bien portant ou les générations ascendantes ou descendantes. Le choc est aujourd'hui d'autant plus fort que les espoirs en la médecine n'ont fait que croître. L'inéluctable devient inacceptable.

 

Que peut-on y faire ? Au-delà de l'impuissance désarmée ou du stoïcisme silencieux, quelques remèdes sont là. Cette rupture d'équilibre dans les couples ou les familles peut être compensée par la parole. Dire la vérité selon les possibilités d'être entendu, dire sa vérité pour être porté par les autres, écouté, compris et finalement compatir, c'est-à-dire partager la souffrance de l'autre, telles sont les attitudes de base. Mais n'oublions pas non plus de détecter chez les enfants, ou tout autre membre de la famille, les ondes de choc antidotes de la maladie. La douleur est de la compétence du médecin, mais la souffrance est à partager avec l'entourage, de telle sorte que chaque conjoint retrouve foi en l'autre.

 

Or justement, c'est là que le bât blesse: le manque de foi. Il peut aller jusqu'à la rupture du couple. Les sciences humaines sont de peu de poids face au scandale du mal et de la souffrance injustifiable. La maladie opère un retournement complet de la personne, obligée d'être recentrée autrement sur soi, sur les autres et sur Dieu. La souffrance, qui est un mal, peut-elle être changée en bien ? La réponse est oui, même si, pour les incroyants, elle est objet de scandale. Car la maladie peut devenir le chemin de la fécondité de Dieu, puisque "tout sert au bien de Dieu" (Rm 8, 28), y compris le mal.

 

Cette conversion-là est celle de la confiance en Dieu, une confiance reçue et non conquise, une sérénité dans l'Alliance avec l'a(A)utre: "Quand tu auras vieilli, tu étendras les mains, et un a(A)utre te ceindra et te mènera où tu ne voudrais pas aller" (Jn 21,18).

 

Michel Rouche

 

pprécédentehomepsuivante