Plan chemins de lecture chemins de foi hommes et femmes terre sainte Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : voir nos publications...


Chemins d'hommes et de femmes... Des traces vers Dieu ?...

 



Chemins d'hommes...
  P. Claverie...
  E. Hillesum
  St Irénée
  E. Stein
  Marie Noel...
  Abbé Pierre
  M. Delbrel
Religion...
  Balthasar...
  Balthasar...Suite
  Beauchamp...
  Beauchamp Suite...
  Beauchamp Suite 2...
  Zundel
  Pédagogie du Christ
  Unique médiateur
  Dialogue inter-religieux...
  Pluralisme religieux...?
  Jésus un ami déroutant
  Relire Job..
  Vie, mort..
  La Souffrance de Dieu
  Avance en Eau Profonde
  Bien et mal
  Prier la Parole
Philosophie...
  G.Marcel...
  P. Ricoeur
  E. Lévinas
  Maritain...
  J.L. Marion
Psychologie...
  X. Lacroix
  Le Mystère des mères
  Sexualité masculine
  Vie et mort du couple
  Evangélisation des profondeurs
  Autres publications de C. Hériard
Lectures diverses...

  Des choses cachées depuis...
  Le Respect
  Sexualité
  Crimes conjugaux
  Le Silence
  L'enfant à coeur ouvert (téléch...)
Contact

Nous écrire
  Livre d'or...
p-q">



Emmanuel Lévinas...

Résumé de sa vie :

Philisophe Juif du XXième siècle (1905-1995), né à Vilnius.

Marqué par l'acceuil de sa femme et de son fils pendant la guerre dans un couvent de religieuses, Emmanuel Lévinas est resté fidèle à sa religion, mais représente pour les chrétiens, la plus grande avancée d'un juif vers le christianisme.

Lira Maritain et Bergson lors de son arrivée à Paris dans les années 30.

Il a notamment été un interlocuteur privilégié de Jean Paul II pendant plus de 20 ans.

Avec Hans Jonas, il développe le thème de la résponsabilité, un appel déchirant après ce qu'ils nomment" le retrait de Dieu" dans ces pages déchirantes de l'histoire que sont des drames comme la Schoah.... Ses écrits, et en particulier "Autrement qu'être ou au delà de l'essence" évoque l'exposition du visage et la kénose (se vider en grec) qui reprenne pour le chrétien les thèmes développés par Saint Paul dans l'Epitre aux Philippiens...(Chap 2).

Sa mort à la veille de Noêl 1995, forme comme un signe écrivait P. Ricoeur dans le Monde, Lévinas s'éteint à la veille d'une naissance. On ne peut reprocher sa fidélité au judaïsme, on peut par contre se réjouir de ce pont tracé entre deux peuples, ces fils spirituels du même Dieu...

Biographie : Emmanuel Lévinas : la vie et la trace, par Salomon Malka, J.C. Lattès 324p., 20 Euros

Commentaires ...

a) Le thème de la passivité...

Lévinas, dans "Autrement qu'être et au-delà de l'essence" parle d'une passivité plus que passive, d'une exposition totale à la loi de l'autre, d'une dénudation, d'un sacrifice. Il ne parle pas de changer de joue, mais se contente d'exposer cette exposition qui fait signe, qui cristallise le Dire dans le Dit.

Entre les deux, et sous les réserves de l'acte sacrificiel ultime du Christ (Romains 5,17, cf plus loin ), je resterais dans le "plan humain" pour noter l'importance du visage. Lorsque le sujet s'expose en tournant l'autre joue, il présente son visage et dans son visage l'autre est assigné à une responsabilité.

Le visage qui s'expose c'est le début, la trace de la relation. C'est une exposition à la fois passive et active de l'homme blessé à l'autre. C'est le seul moyen d'introduire la parole.

Dans le monde animal, le face à face n'existe pas, le visage n'est pas exposé dans la relation, en particulier dans la sexualité. Chez l'homme, le visage s'expose. Il est toujours nu devant l'autre. Sans visage, l'homme retombe à l'état d'animal. Ne dit-on pas que la pornographie c'est l'exposition du corps sans visage.

Toute relation qui ne passe pas par le visage conduit à la possession de l'autre. Ce principe s'applique à l'ensemble des rapports interpersonnels (violence muette, viol, meurtre, adultère, convoitise). Si l'on rétablit le visage, l'autre peut advenir.

Lorsque le visage s'expose, ne serait-ce que l'instant nécessaire à l'homme blessé pour exposer l'autre joue, la relation commence et la responsabilité de l'autre est engagée. Si le visage est masqué, il ne peut y avoir de relation.

Si l'autre, ou plutôt quand l'autre prend conscience de sa responsabilité, il peut s'ouvrir à la relation.

Pari audacieux de l'exposition du visage. Espérance d'une relation. L'homme ne peut aller plus loin sans l'Autre. Mais c'est un autre sujet, que nous aborderons plus loin.

 

b) L'exposition

L'exposition est le thème principal de Lévinas dans "Autrement qu'être ou au-delà de l'essence" :

"L'un s'expose à l'autre comme une peau s'expose à ce qui la blesse, comme une joue offerte à celui qui frappe" (Autrement qu'être ou au delà de l'essence, Poche p. 83).

Pour moi, l'exposition rejoint ce que j'appele le "sacrifice-actif" ou le "suivre-actif" en opposition au "sacrifice-aliéné" ou au "suivre-passif". Il y a dans l'exposition la trace d'un verbe qui se contente du silence pour exposer et assigner l'autre à l'attention. C'est le thème central pour moi de l'arbre du jardin d'Eden dans la parole du "Tu ne mangeras pas" (à l'inaccompli) et qui prend sa pleine dimension dans "l'exposition" sur la croix (voir aussi sur ce thème, chez Paul Beauchamp, dans L'un et l'Autre Testament)...

Pour comprendre, dans une acception chrétienne et donc réductrice le texte de Lévinas, il faut traduire le "Dire" comme le Dieu indicible et le "Dit", comme le Verbe qui s'expose, comme la trace, la parabole vivante du Christ qui s'expose sur la Croix :

"Mais le Dire est dénudation de la dénudation, donnant signe de sa signifiance même, expression de l'exposition " hyperbole de la passivité qui dérange l'eau qui dort, où, sans Dire, la passivité grouillerait de secret desseins.

Passivité de l'exposition en réponse à une assignation qui m'identifie comme l'unique, non point en me ramenant à moi-même, mais en me dépouillant de toute quiddité identique et, par conséquent, de toute forme, de toute investiture, qui se glisserait encore dans l'assignation ."

Dans ce texte, Lévinas présente sous la métaphore du Dire et du Dit ce qui peut être pour nous Dieu et Christ, le mystère du Christ qui s'expose sur la Croix . On retrouve les textes de la tradition judéo-chretienne et surtout de l'Ecriture :

Isaïe 53,12 : "Il s'est dépouillé lui même jusqu'à la mort", le "Il s'annéantit lui-même, obéissant jusqu'à la mort". (Phil 2, 6 -11), le "Tu n'as pas voulu de sacrifices ni d'offrandes, mais tu m'as fait un corps (He 10, 5) ou encore le : "Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : "Voici je viens. Dans le livre est écrit ce que tu veux que je fasse" Ps 39, 7.

Plus loin dans son livre, Lévinas a un passage très beau sur le sens de ce que je qualifierais "l'incarnation" :

"La responsabilité pour Autrui" dans son antériorité par rapport à ma liberté (...) est une passivité plus passive que la passivité" exposition à l'autre sans assomption de cette exposition même, exposition sans retenue, exposition de l'exposition, expression, Dire. Franchise, sincérité, véracité du Dire. Non pas Dire se dissimulant et se protégeant dans le Dit, se payant de mots en face de l'autre" mais dire en se découvrant" c'est-à-dire se dénudant de sa peau " sensibilité à fleur de peau, à fleur de nerfs, s'offrant jusqu'à la souffrance " ainsi, tout signe, se signifiant. La substitution à bout d'être aboutit au Dire " à la donation de signe, donnant signe de cette donation de signe, s'exprimant ."

Pour moi c'est une des plus belles expressions de la passion du Christ, qui donne le sens de cette passion sans toutefois le nommer. Ecoutons la suite :

"Dans la sincérité, dans la franchise, dans la véracité de ce Dire " dans le découvert de la souffrance "l'être s'altère. Mais ce dire demeure, dans son activité, passivité ; plus passif que toute passivité, car sacrifice sans réserve, sans retenue ."

"C'est à partir de la proximité qu'il prend son sens. (...) Dans la provocation anarchique qui m'ordonne à l'autre, s'impose la voie qui mène à la thématisation et à une prise de conscience : La prise de conscience est motivée par la présence du tiers à coté du prochain approché; le tiers aussi est approché; la relation entre le prochain et le tiers ne peut être indifférente à moi qui approche "

C'est pour moi le thème central. Dans ce tiers, ce Christ exposé sur la croix, il y a une assignation à laquelle on ne peut se dérober, à laquelle l'homme, dans l'exercice de ses relations avec autrui se sent responsable, en vérité. Comment être faux face à soi-même et donc face à l'autre, si dans l'attention qui caractérise nos décisions nous mettons en perspective cette exposition du Christ en croix. Quel frein, quelle démarche de mêmeté ou d'avoir résiste à cette kénose, à cet abaissement d'un Christ qui se présente à nous dans sa nudité exposée, dans ce sacrifice non voulu. Sacrifice actif par son silence qui expose et assigne sans contraindre. La Croix n'est pas une aliénation, une loi que l'on doit craindre. Il est le tout de l'amour divin. Suprême étant sans l'être, car infini inatteignable, non-rattrapable, in-imitable.

"Le surgissement d'une subjectivité [foi ?], d'une âme, d'un qui, demeure corrélatif de l'être [Savoir ?], c'est-à-dire simultané et un avec lui. (...) Mais la manifestation de l'être à lui-même impliquerait une séparation dans l'être." Pour cela, il faut le temps, le temps de la découverte de l'être et des retrouvailles de la vérité, réunion sous l'unité de l'aperception, recommencement [Naître de nouveau ?] du présent ."

La prise de conscience, l'éclairage de la croix, la chute du voile est renaissance. "L'essence de l'être est dispersion de l'opacité ."

Le texte suivant donne une très belle image de la mission du Christ. Mais cette version non confessionnelle et qui reste philosophique grâce à la métaphore du Dire et du Dit parle beaucoup plus pour un Chrétien :

"Le Dire tendu vers le Dit et s'absorbant en lui, corrélatif du Dit, nomme un étant, dans la lumière ou la résonance du temps vécu qui laisse apparaître le phénomène, lumière et résonance qui peuvent à leur tour, s'identifier dans un autre Dit. Désignation et résonance qui ne viennent s'ajouter du dehors au phénomène par l'effet d'un code conventionnel réglementant l'usage d'un système de signes. C'est dans le déjà-dit que les mots - éléments d'un vocabulaire historiquement constitué " trouveront leur fonction de signe et un emploi et feront pulluler toutes les possibilités du vocabulaire. (Note de Lévinas : Mais cela atteste une passivité extrême du Dire de derrière le Dire se faisait simplement corrélatif du Dit; passivité de l'exposition à la souffrance et au traumatisme, que le présent ouvrage essaye de thématiser.) " (65)

Je traduirais ainsi ce même paragraphe : "Dieu tout tendu vers le Christ-Verbe et s'absorbant en lui, corrélatif du Verbe, nomme un étant, Jésus [Dieu Sauve], dans la lumière [Transfiguration] ou la résonance du temps vécu [Ancien testament] qui laisse apparaître le phénomène [Sens caché du visible, Déchirement du voile], lumière et résonance qui peuvent à leur tour, s'identifier dans un autre Dit [Esprit-Saint]. Désignation et résonance qui ne viennent s'ajouter du dehors au phénomène [sens caché d'une réalité visible] par l'effet d'un code conventionnel réglementant l'usage d'un système de signes [loi juive]. C'est dans le déjà-dit [Ancien Testament] que les mots [paraboles du Christ]- éléments d'un vocabulaire historiquement constitué " trouveront leur fonction de signe [Nouvelle alliance] et un emploi et feront pulluler toutes les possibilités du vocabulaire [Nouvelle évangélisation]. (Note de Lévinas : Mais cela atteste une passivité extrême Dieu de derrière Dieu le fils, se faisait simplement proche du Christ; passivité de l'exposition à la souffrance [sur la Croix] et au traumatisme, que le présent ouvrage essaie de thématiser.

Que dire après un texte d'une si grande portée ? Je rajouterais une clarification, sur cette vision du Christ pour montrer, que loin d'être une image, elle est icône, c'est à dire qu'il faut percevoir le Christ non comme un étant suprême auquel on peut parvenir mais comme un infini dans l'abaissement, un jusqu'au bout de la kénose auquel on est appelé à tendre, sans en pouvoir saisir l'essence .

c) La faille de la mêmeté...

La recherche sur l'être ne cesse de progresser. Des multiples voies ouvertes par Aristote on est parvenu à l'être-là Heidegerien, à l'être-en-acte Husserlien. Mais le chemin de l'être-idôle à l'être-agape n'est pas terminé tant que le Moi reste présent dans ce Palais de sable . Il faut parvenir à un autrement-qu'être lévinassien, dépasser l'être en acte où le Moi garde sa maîtrise; dans un au-delà de l'être, dans une passivité plus que passive où le désir d'un autre vient supplanter son désir. Le désir ne peut devenir Désir que lorsqu'il a été mis à l'épreuve du désir de l'autre. Lorsque l'autre n'est pas, l'étant ne peut être.

Ce message est-il une nouvelle synchronie. Il ne semble pas. Au contraire, la porte étroite de l'Agape est diachronie, incarnation et révélation d'un au-delà. La totalité est fermeture autour du Moi et de l'image du Moi dans le Même. L'ouverture à l'autre, son assignation, la responsabilité qui m'engage est rupture, dépossession et kénose. Elle est chemin d'infini.

Le voile déchiré par la Passion a été lentement recousu par la systématisation totalitaire d'une raison omnisciente. Il convient de retrouver dans la Trace du divin sa responsabilité originelle pour autrui. L'Esprit de Vérité n'est pas dans la cristallisation du dit mais dans une dialectique entre voile et dévoilement . L'écriture, la Loi, trace du Dire, de la Parole vivante reste chemin de conversion.

Celui qui crée le vent, qui révèle à l'homme quel est son dessein, qui des ténèbres produit l'aurore, qui marche sur les hauteurs de la terre, il se nomme le Seigneur, Dieu de l'univers (Am 4,13)

Peut-être faut-il que les ténèbres soit , que la totalité d'un cogito tout puissant soit détruite, pour que le cur humain retrouve une dynamique réflexive et une difficile liberté.

 

Pour aller plus loin

 

Bibliographie (non exhaustif...)

Autrement qu'être ou au delà de l'essence, Kluwer Academic, Martinus Nijhoff 1974, Edition novembre 1990, Poche Biblio Essais

Le Temps et l'Autre, Quadrige, Presses Universitaires de France, Paris, décembre 1991

Humanisme de l'Autre Homme, 4/1995, coll. "Livre de Poche, Biblio Essais, n°4058

Difficile Liberté, Albin Michel 1963 1976, Edition 6/1995, coll. "Livre de Poche, Biblio Essais, n° 4019

Totalité et Infini, Moi et dépendance, Kluwer Academic, Edition 7/1992, coll. "Livre de Poche, Biblio Essais, n°4120

Du Sacré au Saint, Quatre Lectures talmudiques, Editions de Minuit, 1968

Du Sacré au Saint, Cinq nouvelles Lectures talmudiques, Editions de Minuit, 1977

Impossible libérté, Essais, Livre de Poche n°???

La Mort et le temps, Essais, Livre de Poche n°4148

Dieu, La Mort et le temps, Essais, Livre de Poche n°4205

Voir aussi :

Chalier (Catherine), E. Lévinas ou L'utopie de l'humain

Des Sites qui en parlent...

Vous voulez participer à ce recensement, commenter ou compléter les fiches déjà réalisées...

 

psuivante
 
 
   

 

Dernière mise à jour : PMC Interactif Juillet 2009 ...

Découvrez aussi les publications du Webmestre : Claude Heriard ...