Plan chemins de lecture chemins de foi hommes et femmes terre sainte Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : voir nos publications...


Chemins d'hommes et de femmes... Des traces vers Dieu ?...

 



Chemins d'hommes...
  P. Claverie...
  E. Hillesum
  St Irénée
  E. Stein
  Marie Noel...
  Abbé Pierre
  M. Delbrel
Religion...
  Balthasar...
  Balthasar...Suite
  Beauchamp...
  Beauchamp Suite...
  Beauchamp Suite 2...
  Zundel
  Pédagogie du Christ
  Unique médiateur
  Dialogue inter-religieux...
  Pluralisme religieux...?
  Jésus un ami déroutant
  Relire Job..
  Vie, mort..
  La Souffrance de Dieu
  Avance en Eau Profonde
  Bien et mal
  Prier la Parole
Philosophie...
  G.Marcel...
  P. Ricoeur
  E. Lévinas
  Maritain...
  J.L. Marion
Psychologie...
  X. Lacroix
  Le Mystère des mères
  Sexualité masculine
  Vie et mort du couple
  Evangélisation des profondeurs
  Autres publications de C. Hériard
Lectures diverses...

  Des choses cachées depuis...
  Le Respect
  Sexualité
  Crimes conjugaux
  Le Silence
  L'enfant à coeur ouvert (téléch...)
Contact

Nous écrire
  Livre d'or...
p-q">



Anthony, comte de Shaftesbury (1671- 1713)

Shaftesbury est une synthèse de rationalisme éclairé (avec sa réduction anthropologique) et d'antiquité (avec son cadre esthétique et cosmologique) qui conduit à l'éthique à laquelle s'ajoute une disposition subjective qui correspond le mieux à la dignité et à la liberté de l'homme et le met aussi le mieux en contact avec la réalité absolue, la dignité présente dans la nature universelle.

La réduction de deux positions "religieuses" antinomiques à une éthique religieusement neutre conduit à la réduction théorique de Descartes au Cogito avec pourtant une différence révélatrice dans le progrès du temps : l'éthique comme un minimum irréductible se fondant sur la liberté comme autonomie est considérée comme un maximum se suffisant à lui-même.

Pour Shaftesbury l'athéisme est neutre par rapport à l'éthique alors que la religion peut intérieurement la surélever et parfaire l'éthique bien qu'en général elle la mette en danger... Cela parce que l'homme libre aime le bien pour l'amour du bien et l'accomplit pour le même motif; et c'est seulement de ce sommet qu'il voit librement la véritable essence de l'esprit absolu : ou bien en effet Dieu est pure bonté et effusion désintéressée de soi et dans ce désintéressement pure béatitude ou il n'est rien.

"Le regard levé vers Dieu s'accompagne d'une totale intuition éthique et esthétique que la raison raisonnante peut analyser en mettant en lumière les implications du phénomène éthique originel"

Shaftesbury in The Moralists a philosophical Rhapsody III 110 et 140-141

Shaftesbury passe ainsi de l'enthousiasme post-antique à la prière... La prière a revêtu la forme de l'enthousiasme qui chante des hymnes.

Le Dieu Nature éternel est livré à l'homme dans un état de total kénose : ici note Balthasar, Hölderlin, Rilke et Heidegger prolongeront la pensée de Shaftesbury.

Pour Balthasar, "le principe de Prométhée a progressé dans la philosophie du Jésus-Christ de Fichte dans l'idéal de la liberté de Shelling, dans la dialectique de Hegel. Avec une tout autre rigueur que dans la philosophie platonicienne du daimonon, le principe de Prométhée a dépassé le rapport d'Ulysse et d'Athéné. Car les grecs pensaient dans le cadre d'analogie, mais Bruno et Shaftesbury dans celui de l'identité. Cette identité cachée rend essentiellement bon l'homme-titan mais aussi le citoyen plus inoffensif du siècle des Lumières. C'est dans cette seule hypothèse de l'identité que l'enthousiasme de l'homme, c'est-à-dire son intimité avec Dieu peut suffire comme prière. Son aspiration à la transcendance dans le Tout animé par Dieu est déjà l'immanence de Dieu en lui : comportement d'amour se dépouillant de son moi, ce mouvement est déjà celui de la réconciliation. Ce sentiment correspond à la recherche tâtonnante de Paul sur l'Aéropage (Ac 17, 27). (cf. p.85)

Pour Balthasar cela correspond à l'essai de faire coïncider à nouveau, en dépit des nuits envahissantes du présent, la gloire chrétienne avec la beauté antique. Ce sera l'oeuvre poétique d'Hölderlin.


Ouvrages d'Anthony Ashley Cooper (1671- 1713), Earl of Shaftesbury

The Moralists a philosophical Rhapsody
Characteristicks of Men, Manners, Opinions, Times

Source principale : Hans Urs von Balthasar,
La Gloire et la Croix, Les aspects esthétiques de la révélation
,
4 Le Domaine de la Métaphysique
*** Les héritages,
tome 86 tr. Givord, Aubier Théologie, Paris 1983

Dans le même ouvrage, une analyse de :
Nicolas de Cuse
Marsile Ficin
Léon l'Hébreu
Giordano Bruno
Göttfried de Strasbourg
Paul Claudel
Comte Anthony de Shaftesbury
Friedrich Hölderlin
Goethe
Rainer Maria Rilke
Heidegger

Vous voulez participer à ce recensement, commenter ou compléter les fiches déjà réalisées...

pprécédentehomepsuivante

 
 
   

 

Dernière mise à jour : PMC Interactif Juillet 2009 ...

Découvrez aussi les publications du Webmestre : Claude Heriard ...