Plan chemins de lecture chemins de foi hommes et femmes terre sainte Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : voir nos publications...


Chemins d'hommes et de femmes... Des traces vers Dieu ?...

 



Chemins d'hommes...
  P. Claverie...
  E. Hillesum
  St Irénée
  E. Stein
  Marie Noel...
  Abbé Pierre
  M. Delbrel
Religion...
  Balthasar...
  Balthasar...Suite
  Beauchamp...
  Beauchamp Suite...
  Beauchamp Suite 2...
  Zundel
  Pédagogie du Christ
  Unique médiateur
  Dialogue inter-religieux...
  Pluralisme religieux...?
  Jésus un ami déroutant
  Relire Job..
  Vie, mort..
  La Souffrance de Dieu
  Avance en Eau Profonde
  Bien et mal
  Prier la Parole
Philosophie...
  G.Marcel...
  P. Ricoeur
  E. Lévinas
  Maritain...
  J.L. Marion
Psychologie...
  X. Lacroix
  Le Mystère des mères
  Sexualité masculine
  Vie et mort du couple
  Evangélisation des profondeurs
  Autres publications de C. Hériard
Lectures diverses...

  Des choses cachées depuis...
  Le Respect
  Sexualité
  Crimes conjugaux
  Le Silence
  L'enfant à coeur ouvert (téléch...)
Contact

Nous écrire
  Livre d'or...
p-q">



Gottfried de Strasbourg (1458 - 1210)

Dans Tristan, Gottfried de Strasbourg pose l'amour de l'homme et de la femme en absolu, faisant ici résolument face à la mystique bernardine du Christ et au Cantique des Cantiques.

Sa démarche solitaire présente l'éros comme substance de la vie, fin en soi, sans un but en dehors de lui, à la fois comme souffrance suprême et suprême béatitude et surtout comme parfaite exclusivité.

En érigeant Tristan et Yseult en doctrine ésotérique Gottfried de Strasbourg décrit la passion (leidenshaft) suprême ne faisant qu'un avec la souffrance (leiden) absolue.

On peut comprendre cela dans le double sens instinctif et chrétien. A sa manière Claudel jouera volontiers de ce thème.

Tout ceci ne peut être réalisé qu'à l'image d'une mystique d'amour et de douloureuse passion, dans cette tradition du Cantique qui avait culminé dans son commentaire par François.

Gottfried de Strasbourg mettra a profit mais dans qu'elle vigoureuse inversion - les trésors de la contemplation monastique. La forêt sauvage où se cache les amants est à mettre en parallèle avec la vie des moines solitaires...

L'alimentation réciproque des deux amants par leur simple contemplation amoureuse répète le mysterium et le miracle de l'Eucharistie. Pour lui tout ce qui est profane est sacré car tout ce qui est chrétien est absorbé dans le mysterium de l'éros.

Source principale : Hans Urs von Balthasar,
La Gloire et la Croix, Les aspects esthétiques de la révélation
,
4 Le Domaine de la Métaphysique
*** Les héritages,
tome 86 tr. Givord, Aubier Théologie, Paris 1983

A partir du même ouvrage, une analyse de :
Nicolas de Cuse
Marsile Ficin
Léon l'Hébreu
Giordano Bruno
Göttfried de Strasbourg
Paul Claudel
Comte Anthony de Shaftesbury
Friedrich Hölderlin
Goethe
Rainer Maria Rilke
Heidegger

Vous voulez participer à ce recensement, commenter ou compléter les fiches déjà réalisées...

pprécédentehomepsuivante

 
 
   

 

Dernière mise à jour : PMC Interactif Juillet 2009 ...

Découvrez aussi les publications du Webmestre : Claude Heriard ...