Plan Je t'aime coeur a coeur Libres, vous avez dit libres La liberte du choix amoureux Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : Marions-nous ! un sacré chemin - Un itinéraire vers le mariage aux Editions de l'Atelier ...


Cœur à cœur, le site qui vous accompagne dans votre amour...

 


Contenu

  Je t'aime
 Emporté par l'amour
 Suis-je libre ?
 Discerner, rester libre
 Attendre, un chemin
 Amoureux, que faire ?
 Rencontre, symphonie

Points de vue 1
  (Fr. J. Philippon) :
  L'altérité
  L'homme être de chair
  Virginité
 Sexualité, don de Dieu
  S'éduquer, maïtrise
  Le dialogue conjugal
  Points de vue
  Le témoin
  Les fiançailles
  Le sacrement de mariage
  La prière
  Approfondissement
  Se marier
  La nuit de noces

Points de vue 2
  (C. Heriard)
  Libres, Libres ?
  L'amour au quotidien

Points de vue 3
  (P.B.Sevenier)
  Liberté du choix
  Etre libre
  Liberté intérieure
  S'aimer soi même
  Libre envers l'autre
  Questions pour Plus...
 
Contact

Nous écrire
Bibliographie
 Contact
  L'équipe
  Autres sites...
 Téléchargement site...
 264 Ko format PDF

Recherche :

 

Etre libre vis à vis de l'entourage.

(Suite) Par le père Benoit Sevenier, eudiste

« L'homme quittera son père et sa mère »

Quand on sait qu'au hit parade des causes de scènes de ménage chez les jeunes couples les relations avec les parents et beaux-parents arrivent en tête, on comprend la pertinence de l'exhortation biblique et la nécessité d'avoir une réflexion de fond sur la question !

Quitter, c'est un changement de solidarités. Le mariage commence par une rupture :
« l'homme quittera son père et sa mère il s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair » Gn 2,24. Pour qu'il y ait alliance, il faut être disponible. Libre de solidarités préalables. Rupture non d'affection mais de priorité, de proximité. Je décide que mon conjoint devient mon premier prochain, mon plus proche prochain. Le verbe en hébreu est « abandonner » et en grec « laisser derrière soi ». Le choix de quitter est nécessairement radicale (à la racine de notre être), c'est un choix pour toute la vie ! Cette rupture est celle que fait l'adulte qui accepte d'être responsable.

Quitter, c'est une rupture de dépendance. Il s'agit alors de se détacher des modèles de référence, devenir libre de choisir ce que l'on veut retenir du meilleur de ce qui nous a été transmis. Même si nous nous sentons très libres à l'égard de nos parents respectifs, leur manière de vivre agit en nous comme un modèle que nous avons tendance à imiter ou à rejeter. Quitter, c'est ici renoncer à considérer son éducation, ses habitudes, ses systèmes de valeurs comme des normes absolues que l'on va imposer à l'autre. C'est admettre la différence sans faire de mon expérience LA norme à imposer à l'autre : il n'y a pas « d'OPA conjugale », mais un Alliance à construire.

Quitter c'est une décision. Il y a bien des manières de ne pas quitter. Ce peut être par la dépendance financière ou affective (« j'ai besoin d'appeler ma mère chaque soir »). Par les confidences faites aux parents à l'insu ou au détriment du partenaire, par l'autorité ou la caution morale qu'on va chercher dans sa famille (« Dès qu'il y a un choix à faire, j'appelle mon père »). Le téléphone devient parfois un véritable cordon ombilical, les visites régulières une sorte de « devoir » impérieux signes de notre incapacité à créer de nouvelles solidarités. La garde des enfants un prétexte « pratique » qui évite de s'assumer... Un jour, il faut prendre la décision de quitter. C'est souvent un moment où l'on prend conscience de nos attachements, et il va falloir poser des actes pour être libres. Il ne s'agit pas de partir en claquant la porte, mais de se libérer de l'emprise familiale, de sortir de la dépendance et d'assumer sa vie. Se détacher et continuer d'aimer... différemment.

Les difficultés de quitter la famille :

Quitter n'est pas forcément joyeux : on a de la peine à quitter les parents, devenir autonome (cela se fait de plus en plus tard aujourd'hui). Qu'il s'agisse de l'autonomie financière, affective, spirituelle ou psychologique, on a du mal à quitter l'espace de sécurité mis en place par nos parents. Il s'agit cependant d'apprendre à quitter la relation que nous pouvions avoir avec eux pour entrer dans une relation différente d'où le conjoint n'est pas exclu, une relation qui préserve l'intimité du couple.

Les parents peuvent vivre difficilement certains choix. On peut être surpris car on s'attendait à quelqu'un d'autre, on peut être inquiet, voire déçu par le choix du conjoint. La tentation est forte de s'opposer, donner des conseils. Parfois même des parents cèdent à un chantage affectif, espérant que leur enfant va renoncer à sa décision : « tu ne nous verras plus jamais ! Nous t'avons tout donné et tu pars avec lui/elle »... Le propre du « métier » de parent est justement d'apprendre à faire des choix libres. Il leur faut apprendre à respecter le choix de leur enfant même s'il bouscule, s'il nous dérange. Apprendre à ne pas être « propriétaire » de la vie de son enfant devenu adulte. On appelle cela la chasteté. C'est alors accepter qu'il s'engage dans une voie qui nous semble être une impasse. C'est parfois douloureux mais une preuve d'amour qui refuse tout moyen de pression, un amour libre. Cela n'empêche pas de mettre en garde son enfant quand des difficultés nous apparaissent, quand des éléments réels se produisent,... en acceptant que la décision lui revienne. C'est le choix du père du fils prodigue en Luc 15.

Il y a la famille « généralissime » : on entre dans cette famille avec un programme complet. Repas le dimanche à 12h30 précises, première semaine d'août avec la grand-mère dans la maison de campagne, réunion le jour de Noël, conversations faites de « moi, à votre place... ».

Il y a la famille « nous-on-sait-tout » : elle a l'art de se mêler de l'éducation des enfants. Comment changer les couches, soigner la varicelle, ce qu'il faut faire pour rédiger sa feuille d'impôts. Un peu jalouse de la « perte » d'un enfant, cette famille veut connaître l'emploi du temps etc...

Il y a la famille « pot de colle ». 40% des français passent l'été chez leurs proches... La vie « de groupe » n'est pourtant pas toujours reposante. Les rythmes communs ne peuvent convenir à un couple qui a besoin justement de changer de rythme ! Sans compter le manque de « marge de manoeuvre » pour choisir le programme de la journée : il faut tenir compte de chacun...

Il y a la famille « Esprit de famille ». Ils font des centaines de kilomètres pour se retrouver, accueillent le cousin de passage à paris, se ruinent en téléphonant aux 4 coins de la France... on peut avoir d'autre conceptions de la famille !

Prendre des distances par rapport au modèle familial qui nous a façonnés est déjà un premier pas parfois difficile à franchir : quel est le modèle familial dont j'ai hérité ? quel est celui de mon conjoint ? Comment faisons-nous le choix de celui que nous voulons vivre ?

Etre libre vis-à-vis de ses amis

Nos amis peuvent ne pas être nos amis : ils peuvent ne pas nous aider à être libre dans notre choix. Eux aussi sont parfois surpris par notre choix : non qu'ils aient eu un « projet » pour nous, mais parce qu'ils ne se sentent pas à l'aise avec le conjoint rencontré. Ils n'accueillent pas l'être aimé.

Ils peuvent être jaloux : ils ne sont plus au courant de toute notre vie, ils ne sont plus les confidents privilégiés, ils ne trouvent plus notre disponibilité habituelle, se retrouvent seuls, comme « abandonné ».

Etre libre demandera alors d'écouter les remarques constructives mais de suivre toujours sa conscience ! Il faudra aussi faire le choix de les voir moins souvent : les choix de disponibilité en temps indiquent nos priorités plus profondes. Il s'agira enfin de dialoguer avec eux pour trouver, peu à peu, d'autres manières de vivre l'amitié. Certes, les amis de l'un ne sont pas nécessairement les amis du couple. Certes, il est bon que chacun puisse rencontrer ses amis. Mais l'enjeu à ne pas perdre de vue est bien le choix du couple comme premier lieu d'investissement affectif et en temps ! Construire un couple demande du temps et de l'énergie...

 

Suite