Plan Je t'aime coeur a coeur Libres, vous avez dit libres La liberte du choix amoureux Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : Marions-nous ! un sacré chemin - Un itinéraire vers le mariage aux Editions de l'Atelier ...


Cœur à cœur, le site qui vous accompagne dans votre amour...

 


Contenu

  Je t'aime
 Emporté par l'amour
 Suis-je libre ?
 Discerner, rester libre
 Attendre, un chemin
 Amoureux, que faire ?
 Rencontre, symphonie

Points de vue 1
  (Fr. J. Philippon) :
  L'altérité
  L'homme être de chair
  Virginité
 Sexualité, don de Dieu
  S'éduquer, maïtrise
  Le dialogue conjugal
  Points de vue
  Le témoin
  Les fiançailles
  Le sacrement de mariage
  La prière
  Approfondissement
  Se marier
  La nuit de noces

Points de vue 2
  (C. Heriard)
  Libres, Libres ?
  L'amour au quotidien

Points de vue 3
  (P.B.Sevenier)
  Liberté du choix
  Etre libre
  Liberté intérieure
  S'aimer soi même
  Libre envers l'autre
  Questions pour Plus...
 
Contact

Nous écrire
Bibliographie
 Contact
  L'équipe
  Autres sites...
 Téléchargement site...
 264 Ko format PDF

Recherche :

 

Conclusion

Faire un choix amoureux, c'est s'engager dans l'aventure de la vie avec confiance. C'est un choix qui peut paraître vertigineux, et si on le mesure trop, il l'est effectivement... Le Seigneur nous invite, comme Abraham « Quitte ton pays »... Pour où ? Nous aimerions savoir. La seule réponse est toujours la même depuis l'Ancien Testament : « je serai avec toi ». Dieu n'est pas une assurance tous risques ! Il est celui qui dit « je serai avec toi ». En Jésus, il se fait connaître comme l'Emmanuel (Dieu avec nous). Cette réponse nous met en marche, car nous savons que chaque fois que nous ferons un pas, le Seigneur affermira la terre sous nos pas. Etre aimé de l'autre nous donne une idée de ce que peut être l'amour de Dieu pour chacun. Un amour personnel, sans conditions, gratuit, attentif, délicat... Lui, il n'est qu'amour : Une mère oublierait-elle son enfant, je ne t'oublierai pas.

L'amour vrai est chemin de bonheur même si l'itinéraire à parcourir comporte parfois des difficultés. Il est bon alors de se rappeler que le souci du bonheur de l'autre habite chacun. Le Christ nous aide à nous aimer comme lui il nous aime. Peu à peu, nous pourrons alors un jour nous retourner et dire en vérité : l'amour ne passera jamais.

Benoit Sevenier, co-webmestre de PMC

 

 

Questions pour aider à cette lecture... :

Existe-t-il des valeurs non partagées qui empêcheraient de se marier ?

L'un des quatre piliers du mariage : liberté du consentement, indissolubilité, fidélité, fécondité. Pour s'en souvenir, on peut dire LIFE (le E pour Enfants réduit cependant la notion de fécondité).

La rencontre entre deux cultures n'est pas une impossibilité. Cela demande plutôt de bien prendre le temps de connaître la culture de l'autre. Il arrive que l'on épouse un chinois de Taiwan. Le couple prend ensuite la décision d'aller là-bas... mais l'époux sur place reprend tous les éléments qui font sa culture et la rupture devient inévitable.

Sur le plan interreligieux, il faut savoir que c'est toujours très délicat. C'est possible, mais délicat. Il est préférable de rencontrer un responsable pour les relations avec le judaïsme ou avec l'Islam avant de se lancer. Les catholiques acceptent les mariages de religion mixte. Mais pas forcément les autres religions.

 

En quoi le choix des fiançailles se distingue-t-il du choix du mariage ?

Les fiançailles nous font passer d'un amour interpersonnel à un amour public. Plus profondément, il s'agit justement de la période de choix du mariage que l'on désire vivre accompagnés par le Seigneur. La période des fiançailles se termine avec un mariage... ou une rupture : l'objectif est justement de le discerner. C'est donc un temps pour vérifier son choix éventuel du mariage, le reconnaître comme un appel à devenir sacrement de l'amour de Dieu pour les hommes, de l'union du Christ pour l'Eglise.

Est-ce qu'il existe des obstacles insurmontables ?

On peut rencontrer quelqu'un de très blessé, nous avons mesuré que ce n'est pas l'amour de l'autre qui peut le guérir. Le don de Dieu n'est pas une action magique qui arrangerait les choses sans nous. Pardonner et avoir un regard d'espérance ne doit pas effacer une réelle lucidité devant la vérité de nos vies. Parfois, une rupture peut aider l'autre à prendre conscience qu'il est blessé, cela peut l'aider finalement à se prendre en charge et se faire soigner. C'est là un acte d'amour, un enjeu de vérité.

Doit-on tout savoir sur le passé de l'autre ?

Le passé appartient à chacun. Une confiance véritable invite à ne pas « fouiller » dans le passé de l'autre. Mais notre histoire nous a façonnés : elle nous éclaire sur ce que nous sommes aujourd'hui. L'homme est un être dans le temps, pas dans l'instant ! A chacun de mesurer ce qu'il veut et peut partager en étant vrai. En couple, il y a des éléments essentiels qui doivent être annoncés :

Une femme a subi un accident tel qu'elle ne peut plus avoir d'enfants

Un homme est déjà père

L'un du couple est interdit bancaire...

Se sent-on différent juste après le sacrement de mariage ?

Oui : en face de moi j'ai quelqu'un qui s'est totalement donné à moi. C'est unique car jusque là on n'avait pas coupé les amarres. On est étonné d'être aimé à ce point.

Non : le mariage n'est pas un point culminant, comme si la satisfaction étant faite il n'y aurait plus de désir ni de plaisir. En fait, tout est à commencer, à ouvrir. On est dans la construction d'une alliance. Après des dizaines d'années de mariage on peut dire « ce ne sont pas les premières années qui sont les plus belles : chaque année enracine davantage l'amour ».

 

 

 

 

Peut-on s'engager si on ne sent pas de certitude ? Comment peut-on être sûr qu'on aime vraiment quelqu'un ?

Il n'y a pas de vérité scientifique, de certitude implacable ! Le mariage est une aventure. Pas de preuve en raison, mais une démarche raisonnable.

Certes, d'autres attirances physiques et d'autres émotions sont possibles. On peut toujours « tomber amoureux ». Mais reconnaître ce sentiment de l'amour qui me fait dire « il est mon unique » est tout autre chose, ce sentiment profond qui devient le centre de mon existence. Surtout lorsque l'on va jusqu'à désirer bâtir toute sa vie avec la personne réelle que l'on a en face de soi !

 

Il y a, comme nous l'avons dit, des signaux à guetter et à entendre :

1. Je n'aime pas trop le présenter à des inconnus. Il me fait un peu honte.

2. Je ne suis pas vraiment attirée par lui.

3. Nous restons dans le flou, nos projets ne sont ni fixés ni précis. On les « rêve ».

4. Il va changer...

5. L'autre ne me renvoit que des questions, des incertitudes

6. Nous sommes très pressés, nous voulons « tout de suite » un enfant

7. Quelle est ma « propension à la conjugalité » ? Suis-je capable de me donner ? Est-ce que je sais vivre des engagements ? Suis réellement adulte ?...

Parfois l'entourage peut être aidant pour capter ces signaux. Par exemple « tiens, ton ami, il est sympa : il a toujours un verre à la main » ou « c'est marrant, depuis quelques temps tu as moins le sourire : es-tu réellement heureuse ? »....

 

Bibliographie