Plan Je t'aime coeur a coeur Libres, vous avez dit libres La liberte du choix amoureux Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : Marions-nous ! un sacré chemin - Un itinéraire vers le mariage aux Editions de l'Atelier ...


Cœur à cœur, le site qui vous accompagne dans votre amour...

 


Contenu

  Je t'aime
 Emporté par l'amour
 Suis-je libre ?
 Discerner, rester libre
 Attendre, un chemin
 Amoureux, que faire ?
 Rencontre, symphonie

Points de vue 1
  (Fr. J. Philippon) :
  L'altérité
  L'homme être de chair
  Virginité
 Sexualité, don de Dieu
  S'éduquer, maïtrise
  Le dialogue conjugal
  Points de vue
  Le témoin
  Les fiançailles
  Le sacrement de mariage
  La prière
  Approfondissement
  Se marier
  La nuit de noces

Points de vue 2
  (C. Heriard)
  Libres, Libres ?
  L'amour au quotidien

Points de vue 3
  (P.B.Sevenier)
  Liberté du choix
  Etre libre
  Liberté intérieure
  S'aimer soi même
  Libre envers l'autre
  Questions pour Plus...
 
Contact

Nous écrire
Bibliographie
 Contact
  L'équipe
  Autres sites...
 Téléchargement site...
 264 Ko format PDF

Recherche :

 

La rencontre, une symphonie...

Dans le monde actuel beaucoup de choses sont classés selon une échelle de plaisir. Le plaisir en soit n'est pas mauvais. Il est au contraire un cadeau de Dieu. En effet, le don de Dieu s'exprime avant tout à travers la beauté de la création. Dieu créa la framboise, la biche et la fleur et vit que cela était bon, pourrait-on dire en résumant ce vieux texte chrétien de la Genèse.

Dieu créa aussi l'homme et la femme et il vit que cela était bon.

La relation et le plaisir qui en découle sont au coeur du projet de Dieu sur l'homme. Le chapitre 2 de la Genèse continue dans la même lancée." L'homme quittera son père et sa mère et ne feront plus qu'un." De quelle unité s'agit-t-il ? Le terme hébreu : Basar est plus vaste que ce que le français traduit par chair. La bonne traduction disent les spécialistes serait relation.

On pourrait aussi parler de symphonie. La relation de l'homme et de la femme est appelée à établir une symphonie où les coeurs, les corps et les âmes entrent en résonance, en harmonie. La symphonie n'est pas d'ailleurs l'atteinte d'une voix unique, d'un son mêlé, mais au contraire prend sa beauté de la différence, des contrastes. Ce qui compte dans la rencontre musicale, c'est justement l'absence de discordance dans la différence des instruments.

Mais jouer une symphonie n'est pas accessible au musicien débutant. Il va devoir d'abord maîtriser son propre instrument. Dompter ces cordes rebelles, maîtriser les vibrations de ses doigts ou de son souffle. Il devra ensuite apprendre à jouer à plusieurs. Duo, trio, quator, respect du rythme, exposition de sa propre insuffisance, courage dans le phrasé, l'accentuation.

La Genèse exprime cela dans une autre métaphore. "Ils étaient nus et ils n'en avait pas honte." L'exposition du corps, de ce que l'on a de plus intime, nécessite une maîtrise comparable à celle que l'on recherche dans la musique. Mais elle ne peut être atteinte dès le départ. On ne peut exposer ses faiblesses, son réel pendant une période idéalisante. Il faudra avoir franchi l'épreuve du réel, être capable de surmonter son orgueil, et trouver un véritable chemin d'humilité. Alors l'exposition, la nudité des âmes, des coeurs et des corps deviendra possible. Mais cela n'est possible que dans la réciprocité. « Ils étaient nus et ils n'en avaient pas honte ».

Il y a, avant de parvenir à cette symphonie, la nécessaire compréhension des langages et des différences. Différence structurelle entre l'homme et la femme, différence de pensées, de comportement, de désirs.

Nous reviendrons dans les "points de vue" sur ces questions. Quel est l'enjeu des fiançailles, si ce n'est l'apprivoisement, la formation du couple chrétien, appelé à devenir figure du Christ. Le sens du mariage chrétien, s'inscrit dans cette dynamique où la symphonie "relationnelle" entre l'homme et la femme devient liturgie. A l'intersection même de l'homme et de la femme, dans leur réel, peut en effet advenir une étincelle de joie intense, beauté incomparable de la rencontre de deux êtres. Et cette rencontre est image de l'amour infini.

Dans ce sens, Jean Paul II ira jusqu'à dire dans ses catéchèses du mercredi que la rencontre intime des époux peut devenir liturgie (L'Amour humain dans le plan divin, Cerf, 1984 1 P V5).

"Tous deux, l'homme et la femme s'éloignant de la concupiscence trouvent l'exacte dimension de la liberté du don, unie à la féminité et la masculinité dans la vraie signification nuptiale du corps. Ainsi la langue liturgique, c'est-à-dire la langue du sacrement et du "mysterium" devient dans leur vie, dans leur coexistence, un langage du corps d'une profondeur, d'une simplicité et d'une beauté jusqu'à ce moment inconnues. Voilà ce qui parait être la signification intégrale du signe sacramentel du mariage. Dans ce signe l'homme et la femme vont à la rencontre du grand mysterium pour transférer la lumière de ce mystère - lumière de vérité et de beauté, exprimée par la langue liturgique - en langage du corps, (...). Sur cette voie, la vie conjugale devient en un sens liturgie." C'est aussi ce qu'exprime Saint-Paul dans le texte des Corinthiens (1 Co 13) et dont le sens très large, s'exprime également sur la symphonie des corps et des coeurs :

« L'amour prend patience, l'amour rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il n'entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il trouve sa voie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne disparaît jamais. »

 

Aller plus loin : Coeur à coeur, point de vue du frère Joêl Philippon

Aller plus loin : La liberté du choix amoureux, par le Père Benoit Sevenier