Plan chemins de lecture chemins de foi hommes et femmes terre sainte Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : voir nos publications...


Chemins d'hommes et de femmes... Des traces vers Dieu ?...

 



Chemins d'hommes...
  P. Claverie...
  E. Hillesum
  St Irénée
  E. Stein
  Marie Noel...
  Abbé Pierre
  M. Delbrel
Religion...
  Balthasar...
  Balthasar...Suite
  Beauchamp...
  Beauchamp Suite...
  Beauchamp Suite 2...
  Zundel
  Pédagogie du Christ
  Unique médiateur
  Dialogue inter-religieux...
  Pluralisme religieux...?
  Jésus un ami déroutant
  Relire Job..
  Vie, mort..
  La Souffrance de Dieu
  Avance en Eau Profonde
  Bien et mal
  Prier la Parole
Philosophie...
  G.Marcel...
  P. Ricoeur
  E. Lévinas
  Maritain...
  J.L. Marion
Psychologie...
  X. Lacroix
  Le Mystère des mères
  Sexualité masculine
  Vie et mort du couple
  Evangélisation des profondeurs
  Autres publications de C. Hériard
Lectures diverses...

  Des choses cachées depuis...
  Le Respect
  Sexualité
  Crimes conjugaux
  Le Silence
  L'enfant à coeur ouvert (téléch...)
Contact

Nous écrire
  Livre d'or...
p-q">



Le Mystère des mères...

Catherine Bergeret Amselek nous présente une analyse pertinente de ce qu'elle appelle la maternalité, au croisement du maternel, de la maternité et de la natalité. Le désir d'être mère est inscrit au plus profond de la personne humaine, dit-elle. Mais en même temps, il soulève et révèle des éléments très archaïques. De plus, une fois le désir réalisé, la personne reste avec un manque existentiel, incomblable, car l'enfant réel n'est jamais l'enfant du désir.

Pourquoi ce réveil archaïque ? Principalement parce qu'il s'agit d'une résurgence du corps à corps mère fille, dans une phase de régression narcissique, dynamique mais aussi dynamite pour la femme.

La maternité est une expérience de passage réelle au confins de la position féminine, qui est à la fois possibilité d'accueil et d'ouverture (position passive) mais aussi de réception, de contenance. La Femme éprouve, contient des sensations dans sa chair.

Elle note au passage que les règles constituent une mini crise de la maternalité, alors que la pilule évite aux femmes de sentir la féminité de leur chair.

La grossesse par contre est souvent une période narcissique intense, certaines mères exhibant leur ventre tel un phallus glorifié et vénéré. Mais cette affichage masque des renoncements, un passage.

Etre enceinte, c'est en effet être image de ce que notre mère a vécu dans la même situation ce qui induit des pièges identificatoires, une violente crise narcissique et des turbulences émotionnelles.

En effet la grossesse réveille le fantasme originaire de la vie utérine. En se faisant parcours la mère est témoin de sa propre naissance et de l'acte qui l'a précédé.

Il lui faut alors donner sans se perdre, tout le problème est là... Se départir de tout les modèles familiaux ou sociaux des mères idéales pour se réapproprier sa maternité, guidé par l'enfant qui est différent.

Le rôle du père est crucial. Par sa présence structurante (à la grossesse, il ne doit pas se positionner en voyeur mais en acteur...), par sa manière de s'occuper du bébé, il est appelé à participer physiquement, permettant ainsi aux mères de se sentir soulagée, et devenir ainsi plus performante.

Catherine Bergeret décrit avec détail les différents stades de la grossesse.

Elle note notamment, qu'en général, le premier trimestre de la grossesse est marqué par une certaine ambivalence, où le bébé oscille entre trésor et poison.

Au second trimestre, elle note que les femmes sont au sommet de leur fécondité, capables souvent d'empathie, y compris de soif sexuelle car elles recherchent un contact privilégié et intime. Elle souligne même une grande sensibilité aux odeurs, à la poésie l'esthétisme le romantisme, qui sont les caractéristiques de la sexualité féminine.

La grossesse peut marquer ainsi un besoin intense, ou, à l'inverse un refus de tout contact avec l'autre. Certaines femmes sont alors capables d'une immense jouissance dans cet état de grâce.

Dans les pages qui suivent, Catherine Bergeret-Amselek traite de l'accouchement, comme une atteinte narcissique et que doit suivre une phase nécessaire de réappropriation du corps. Elle souligne également les dangers pour le psychisme d'une péridurale. Elle fait l'éloge de l'haptonomie, comme une maïeutique de la parentalité Un livre qui mérite un détour.

 

Catherine Bergeret-Amselek Le mystère des mères Desclée de Brouwer ISBN - 2 - 220 - 03883 - 1 Paris 1997 19,05 Euros

Vous voulez participer à ce recensement, commenter ou compléter les fiches déjà réalisées...

pprécédentehomepsuivante

 
 
   

 

Dernière mise à jour : PMC Interactif Juillet 2009 ...

Découvrez aussi les publications du Webmestre : Claude Heriard ...