Plan chemins de lecture chemins de foi hommes et femmes terre sainte Se Marier a l'eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins...

Nouveau : voir nos publications...


Chemins d'hommes et de femmes... Des traces vers Dieu ?...

 



Chemins d'hommes...
  P. Claverie...
  E. Hillesum
  St Irénée
  E. Stein
  Marie Noel...
  Abbé Pierre
  M. Delbrel
Religion...
  Balthasar...
  Balthasar...Suite
  Beauchamp...
  Beauchamp Suite...
  Beauchamp Suite 2...
  Zundel
  Pédagogie du Christ
  Unique médiateur
  Dialogue inter-religieux...
  Pluralisme religieux...?
  Jésus un ami déroutant
  Relire Job..
  Vie, mort..
  La Souffrance de Dieu
  Avance en Eau Profonde
  Bien et mal
  Prier la Parole
Philosophie...
  G.Marcel...
  P. Ricoeur
  E. Lévinas
  Maritain...
  J.L. Marion
Psychologie...
  X. Lacroix
  Le Mystère des mères
  Sexualité masculine
  Vie et mort du couple
  Evangélisation des profondeurs
  Autres publications de C. Hériard
Lectures diverses...

  Des choses cachées depuis...
  Le Respect
  Sexualité
  Crimes conjugaux
  Le Silence
  L'enfant à coeur ouvert (téléch...)
Contact

Nous écrire
  Livre d'or...
p-q">



Lecture... :Le Couple, sa vie, sa mort

Cet ouvrage de Jean-G Lemaire est considéré par beaucoup comme l'ouvrage de référence en matière de compréhension de la psychologie du couple.

A partir de nombreux exemples cliniques, Jean Lemaire y analyse en effet nombreux comportements normaux ou déficients du couple et trace ainsi des chemins pour ceux qui ont à coeur d'orienter et pacifier des couples en difficultés. PMC interactif, qui héberge depuis longtemps le site "Bonheur dans le couple" http://bonheur.couple.free.fr se devait de vous présenter un petit aperçu de cet ouvrage magistral.

Il serait difficile d'en présenter en quelques lignes les grandes idées forces. Nous tracerons juste quelques chemins, relevés à la lecture de ce texte dense... Jean Lemaire défini le conjugal comme un lien amoureux marqué par une intention avouée ou non avouée de durée... Cette définition va marquer son analyse. Ainsi, lorsqu'il décrit les conflits, il notera qu'ils prennent traces et origines dans le compromis du départ qui a conduit deux personnes à se préférer.

Les forces qui les ont poussé à s'aimer et se choisir et qu'ils s'efforcent de vivre, s'organisent de manière soit pulsionnelle, soit défensive, protectrice. L'intrication des défenses de chacun et leur collusion s'explique pour lui par leur désir de combler les manques propres à chaque individu.

En page 54, il cite ainsi l'analyse de Freud qui considère qu'on aime : ce qu'on est soi même, ce qu'on a été, ce que l'on voudrait être, la personne qui a été une partie de la personne propre et ... la qualité qu'on voudrait avoir.

Le conjugal introduit de fait un minimum de réciprocité avec de forte attente, soit d'une satisfaction à court terme ou une contribution à l'équilibre personnel et à l'organisation défensive du Moi en face d'un ensemble pulsionnel jamais totalement contrôlé.

Pour Freud, l'objet recherché est fixé dès le départ, avec un fort héritage parental. La répétition du lien originel (enfant/parent) en adhésion ou opposition à la relation parentale guide ainsi la relation conjugale Cette théorie est rejointe par Mélanie Klein qui fait un lien fort entre le nourrisson et le couple. La capacité à vivre le deuil de l'objet premier est ainsi un véritable critère du degré de maturité atteint dans la relation.

A l'inverse, l'exclusion de tout conflit permet le maintien du partenaire temporairement choisi dans le cadre des bons Objets.

Certains comportements résulte du désir de se préserver d'un amour intense ou l'individu cherche à tout pris à éviter d'être engloutis et dévorés réaction en retour d'une mère trop intrusive.

Le choix du partenaire dérive de cet héritage infantile. Il explique que certains recherche des compléments plus faible ou plus fort, avec une problématique sexuelle masquée.

Ainsi la défaillance du partenaire est souvent choisie et attendue.

Quand ce dernier accepte un rôle substitutif, il en tire des bénéfices narcissiques et éventuellement masochistes. A l'inverse quand le rôle de protecteur chute le couple est profondément déstabilisé.

L'une des analyses les plus intéressantes de Lemaire est celle des processus complexes du choix du partenaire, qui s'établit sur la base d'antécédent social et familial et d'attraction pulsionnelle évidente.

Pour lui, la distribution des rôles inconscients avec leur enchevêtrement crée la force de l'attraction mutuelle spécifique. La perception inconsciente d'une problématique commune, avec simultanément des manières complémentaires d'y réagir chez l'un et l'autre constitue ce qu'il appelle le principe de collusion : ce jeu inconscient des attitudes des deux partenaires dont l'évolution affective est marquée de caractère communs lié, chez chacun d'eux à une problématique non résolue et refoulée chez l'un comme chez l'autre.

Hors la collusion est pour lui à l'origine du coup de foudre.

Ainsi l'histoire du couple est une série de cycles répétitifs formés de clivages idéalisants puis de phases de deuil constamment renouvelées.

A propos du coup de foudre, il note page 151 que les bénéfices narcissiques sont tels qu'ils tendent à réorganiser totalement l'équilibre psychique du sujet... La collusion serait donc un moyen de maintenir inconsciemment et refoulée toute perception désagréable. Il montre qu'ainsi Roméo et Juliette sont d'autant plus amoureux qu'ils meurent avant même de consommer...

En période de crise, cet aveuglement est tel que le conjoint peut aller jusqu'à scinder le partenaire en deux avec une partie idéalisée et une partie jugée mauvaise mais dont il ne serait pas responsable... La construction du couple s'établit ainsi non pas sur la personne mais sur une image idéalisée de l'autre, avec un refus du réel.

Page 156, Lemaire affirme ainsi que c'est lorsque la collusion se situe au niveau narcissique le plus profond que les conséquences sont les plus grandes. A l'issue de cette lune de miel, la désidéalisation devient une crise dont on peut sortir de trois façons :

1) agressivité et désinvestissement qui conduisent à la mort du couple, 2) dérivation autour de l'enfant ou protection de la relation 3) liens nouveaux, nouvel apprentissage qui permet recréation du conjugal après une phase de deuil.

La période fusionnelle est de fait structurante pour le couple et ne doit pas être moralisé. Le comblement narcissique permet un effacement du manque sans souffrance.

En ce sens, l'état amoureux est un havre de paix dans un monde de compétition exacerbé, expliquant d'ailleurs une tendance au surinvestissement du conjugal.

Hors, ajoute-t-il, page 181, l'illusion de l'état amoureux peut se maintenir même après le divorce. Elle peut avoir un rôle positif dans la gestion de la crise.

A l'inverse, l'ampleur de la déception est égale à l'ampleur de l'attente, c'est à dire infinie. Lorsqu'un tiers extérieur comme le chômage est révélateur du réel il conduit à une désidéalisation parfois brutale.

Cependant la crise qui survient n'est pas rupture mais moyen même par lequel le couple va restructurer son fonctionnement propre.

En matière de sexualité, Lemaire a plus loin (p.271) une analyse intéressante lorsqu'il démontre que le système-couple entier fonctionne parfois à travers les préludes. Les partenaires se découvrent progressivement, très lentement.

Parfois, il faut cependant un décodage a posteriori à travers la parole, notamment quand des comportements non verbaux traduisent justement une absence d'écoute mutuelle. Plus loin Lemaire note que la séduction implique une croissance de la communication mais cette communication s'effondre vite dans la cristallisation de rapport institués sauf lorsque le couple est capable de renouveler les lieux de communication.

Enfin dans la conclusion, il note que la durée dans le couple ne consiste pas à se contenter d'accepter l'usure mais au contraire dans cette capacité à reconstruire du neuf. Une dynamique qui pour nous chrétiens touche à l'espérance, qui n'est pas humaine mais théologale, c'est-à-dire don de Dieu...

A méditer,...

Lemaire, Le couple, sa vie, sa mort
Edition : Science de l'Homme Payot Paris 1979 ISBN 2-228-88299-2

(voir à ce sujet, le chapitre "Bonheur dans le Couple" qui tracent des pistes creusées notamment à la suite de cette lecture... )

Vous voulez participer à ce recensement, commenter ou compléter les fiches déjà réalisées...

pprécédentehomepsuivante

 
 
   

 

Dernière mise à jour : PMC Interactif Juillet 2009 ...

Découvrez aussi les publications du Webmestre : Claude Heriard ...