Home Chemins de foi Chemins de fiançailles Se Marier à l'Eglise catholique Bonheur dans le couple Chemins... Fédération Nationale des CPM Fédération internationale des CPM Animateurs CPM

 
ellspacing="0" cellpadding="0" align="center">   Version Flash

Chapitres

  Chapitres 1 à 3
  Chapitres 4 à 6
  Chapitres 7 à 9
  Chapitres 10 à 12
  Chapitres 13 à 14
  Chapitres 15 à 16
  Recherche par Thème   Recherche par mots clés
  La version intégrale sans commentaires
  Brève présentation de l'évangile
  version RTF téléchargeable 135 ko
  version Flash/Zip téléchargeable env. 643Ko

Autres pages de Chemins

  Lectures
  Prière
  Théologie
  Foi
  Terre Sainte
  Dialogue

Contact

Nous écrire
Bibliographie
  Contact
  L'équipe
  Livre d'or...

Suite (Chapitres 7 à 9)

Nouveau : version Flash, plus interactive... 

 Chap. 7

1 Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, s'assemblèrent auprès de Jésus.

2 Ils virent quelques-uns de ses disciples prendre leurs repas avec des mains impures, c'est-à-dire, non lavées.

3 Or, les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s'être lavé soigneusement les mains, conformément à la tradition des anciens;

4 et, quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent qu'après s'être purifiés. Ils ont encore beaucoup d'autres observances traditionnelles, comme le lavage des coupes, des cruches et des vases d'airain.

5 Et les pharisiens et les scribes lui demandèrent: Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures?

6 Jésus leur répondit: Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu'il est écrit: Ce peuple m'honore des lèvres, Mais son coeur est éloigné de moi.

7 C'est en vain qu'ils m'honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d'hommes.

8 Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes.

9 Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.

10 Car Moïse a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.

11 Mais vous, vous dites: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Ce dont j'aurais pu t'assister est corban, c'est-à-dire, une offrande à Dieu,

12 vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou pour sa mère,

13 annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d'autres choses semblables.

14 Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit: Écoutez-moi tous, et comprenez.

15 Il n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l'homme, c'est ce qui le souille.

16 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.

17 Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole.

18 Il leur dit: Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme ne peut le souiller?

19 Car cela n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments.

20 Il dit encore: Ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme.

21 Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,

22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.

23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme.

24 Jésus, étant parti de là, s'en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne ne le sût; mais il ne put rester caché.

25 Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur, entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds.

26 Cette femme était grecque, syro-phénicienne d'origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille.

27 (7:26) Jésus lui dit: (7:27) Laisse d'abord les enfants se rassasier; car il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens.

28 Oui, Seigneur, lui répondit-elle, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants.

29 Alors il lui dit: à cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille.

30 Et, quand elle rentra dans sa maison, elle trouva l'enfant couchée sur le lit, le démon étant sorti.

31 Jésus quitta le territoire de Tyr, et revint par Sidon vers la mer de Galilée, en traversant le pays de la Décapole.

32 On lui amena un sourd, qui avait de la difficulté à parler, et on le pria de lui imposer les mains.

33 Il le prit à part loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et lui toucha la langue avec sa propre salive;

34 puis, levant les yeux au ciel, il soupira, et dit: Éphphatha, c'est-à-dire, ouvre-toi.

35 Aussitôt ses oreilles s'ouvrirent, sa langue se délia, et il parla très bien.

36 Jésus leur recommanda de n'en parler à personne; mais plus il le leur recommanda, plus ils le publièrent.

37 Ils étaient dans le plus grand étonnement, et disaient: Il fait tout à merveille; même il fait entendre les sourds, et parler les muets.


 Chap. 8

1 En ces jours-là, une foule nombreuse s'étant de nouveau réunie et n'ayant pas de quoi manger, Jésus appela les disciples, et leur dit:

2 Je suis ému de compassion pour cette foule; car voilà trois jours qu'ils sont près de moi, et ils n'ont rien à manger.

3 Si je les renvoie chez eux à jeun, les forces leur manqueront en chemin; car quelques-uns d'entre eux sont venus de loin.

4 Ses disciples lui répondirent: Comment pourrait-on les rassasier de pains, ici, dans un lieu désert?

5 Jésus leur demanda: Combien avez-vous de pains? Sept, répondirent-ils.

6 Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains, et, après avoir rendu grâces, il les rompit, et les donna à ses disciples pour les distribuer; et ils les distribuèrent à la foule.

7 Ils avaient encore quelques petits poissons, et Jésus, ayant rendu grâces, les fit aussi distribuer.

8 Ils mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta sept corbeillespleines des morceaux qui restaient.

9 Ils étaient environ quatre mille. Ensuite Jésus les renvoya.

10 Aussitôt il monta dans la barque avec ses disciples, et se rendit dans la contrée de Dalmanutha.

11 Les pharisiens survinrent, se mirent à discuter avec Jésus, et, pour l'éprouver, lui demandèrent un signe venant du ciel.

12 Jésus, soupirant profondément en son esprit, dit: Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe? Je vous le dis en vérité, il ne sera point donné de signe à cette génération.

13 Puis il les quitta, et remonta dans la barque, pour passer sur l'autre bord.

14 Les disciples avaient oublié de prendre des pains; ils n'en avaient qu'un seul avec eux dans la barque.

15 Jésus leur fit cette recommandation: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et du levain d'Hérode.

16 Les disciples raisonnaient entre eux, et disaient: C'est parce que nous n'avons pas de pains.

17 Jésus, l'ayant connu, leur dit: Pourquoi raisonnez-vous sur ce que vous n'avez pas de pains? Etes-vous encore sans intelligence, et ne comprenez-vous pas? (8:18) Avez-vous le coeur endurci?

18 Ayant des yeux, ne voyez-vous pas? Ayant des oreilles, n'entendez-vous pas? Et n'avez-vous point de mémoire?

19 Quand j'ai rompu les cinq pains pour les cinq mille hommes, combien de paniers pleins de morceaux avez-vous emportés? Douze, lui répondirent-ils.

20 Et quand j'ai rompu les sept pains pour les quatre mille hommes, combien de corbeilles pleines de morceaux avez-vous emportées? Sept, répondirent-ils.

21 Et il leur dit: Ne comprenez-vous pas encore?

22 Ils se rendirent à Bethsaïda; et on amena vers Jésus un aveugle, qu'on le pria de toucher.

23 Il prit l'aveugle par la main, et le conduisit hors du village; puis il lui mit de la salive sur les yeux, lui imposa les mains, et lui demanda s'il voyait quelque chose.

24 Il regarda, et dit: J'aperçois les hommes, mais j'en vois comme des arbres, et qui marchent.

25 Jésus lui mit de nouveau les mains sur les yeux; et, quand l'aveugle regarda fixement, il fut guéri, et vit tout distinctement.

26 Alors Jésus le renvoya dans sa maison, en disant: N'entre pas au village.

27 Jésus s'en alla, avec ses disciples, dans les villages de Césarée de Philippe, et il leur posa en chemin cette question: Qui dit-on que je suis?

28 Ils répondirent: Jean Baptiste; les autres, Élie, les autres, l'un des prophètes.

29 Et vous, leur demanda-t-il, qui dites-vous que je suis? Pierre lui répondit: Tu es le Christ.

30 Jésus leur recommanda sévèrement de ne dire cela de lui à personne.

31 Alors il commença à leur apprendre qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât trois jours après.

32 Il leur disait ces choses ouvertement. Et Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre.

33 Mais Jésus, se retournant et regardant ses disciples, réprimanda Pierre, et dit: Arrière de moi, Satan!car tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n'as que des pensées humaines.

34 Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive.

35 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.

36 Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme?

37 Que donnerait un homme en échange de son âme?

38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.


 Chap. 9

1 Il leur dit encore: Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance.

2 Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduisit seuls à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux;

3 ses vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu'il n'est pas de foulon sur la terre qui puisse blanchir ainsi.

4 Élie et Moïse leur apparurent, s'entretenant avec Jésus.

5 Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: Rabbi, il est bon que nous soyons ici; dressons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie.

6 Car il ne savait que dire, l'effroi les ayant saisis.

7 Une nuée vint les couvrir, et de la nuée sortit une voix: Celui-ci est mon Fils bien-aimé: écoutez-le!

8 Aussitôt les disciples regardèrent tout autour, et ils ne virent que Jésus seul avec eux.

9 Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur recommanda de ne dire à personnece qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme fût ressuscité des morts.

10 Ils retinrent cette parole, se demandant entre eux ce que c'est que ressusciter des morts.

11 Les disciples lui firent cette question: Pourquoi les scribes disent-ils qu'il faut qu'Élie vienne premièrement?

12 Il leur répondit: Élie viendra premièrement, et rétablira toutes choses. Et pourquoi est-il écrit du Fils de l'hommequ'il doit souffrir beaucoup et être méprisé?

13 Mais je vous dis qu'Élie est venu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu, selon qu'il est écrit de lui.

14 Lorsqu'ils furent arrivés près des disciples, ils virent autour d'eux une grande foule, et des scribes qui discutaient avec eux.

15 Dès que la foule vit Jésus, elle fut surprise, et accourut pour le saluer.

16 Il leur demanda: Sur quoi discutez-vous avec eux?

17 Et un homme de la foule lui répondit: Maître, j'ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d'un esprit muet.

18 En quelque lieu qu'il le saisisse, il le jette par terre; l'enfant écume, grince des dents, et devient tout raide. J'ai prié tes disciples de chasser l'esprit, et ils n'ont pas pu.

19 Race incrédule, leur dit Jésus, jusques à quand serai-je avec vous? jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi.

20 (9:19) On le lui amena. (9:20) Et aussitôt que l'enfant vit Jésus, l'esprit l'agita avec violence; il tomba par terre, et se roulait en écumant.

21 Jésus demanda au père: Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? Depuis son enfance, répondit-il.

22 Et souvent l'esprit l'a jeté dans le feu et dans l'eau pour le faire périr. Mais, si tu peux quelque chose, viens à notre secours, aie compassion de nous.

23 Jésus lui dit: Si tu peux!... Tout est possible à celui qui croit.

24 Aussitôt le père de l'enfant s'écria: Je crois! viens au secours de mon incrédulité!

25 Jésus, voyant accourir la foule, menaça l'esprit impur, et lui dit: Esprit muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant, et n'y rentre plus.

26 Et il sortit, en poussant des cris, et en l'agitant avec une grande violence. L'enfant devint comme mort, de sorte que plusieurs disaient qu'il était mort.

27 Mais Jésus, l'ayant pris par la main, le fit lever. Et il se tint debout.

28 Quand Jésus fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier: Pourquoi n'avons-nous pu chasser cet esprit?

29 Il leur dit: Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière.

30 Ils partirent de là, et traversèrent la Galilée. Jésus ne voulait pas qu'on le sût.

31 Car il enseignait ses disciples, et il leur dit: Le Fils de l'homme sera livré entre les mains des hommes; ils le feront mourir, et, trois jours après qu'il aura été mis à mort, il ressuscitera.

32 Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, et ils craignaient de l'interroger.

33 Ils arrivèrent à Capernaüm. Lorsqu'il fut dans la maison, Jésus leur demanda: De quoi discutiez-vous en chemin?

34 Mais ils gardèrent le silence, car en chemin ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.

35 Alors il s'assit, appela les douze, et leur dit: Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.

36 Et il prit un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et l'ayant pris dans ses bras, il leur dit:

37 Quiconque reçoit en mon nom un de ces petits enfants me reçoit moi-même; et quiconque me reçoit, reçoit non pas moi, mais celui qui m'a envoyé.

38 Jean lui dit: Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas.

39 Ne l'en empêchez pas, répondit Jésus, car il n'est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi.

40 Qui n'est pas contre nous est pour nous.

41 Et quiconque vous donnera à boire un verre d'eau en mon nom, parce que vous appartenez à Christ, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense.

42 Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu'on le jetât dans la mer.

43 Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie,

44 que d'avoir les deux mains et d'aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint point.

45 Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le; mieux vaut pour toi entrer boiteux dans la vie,

46 que d'avoir les deux pieds et d'être jeté dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint point.

47 Et si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache-le; mieux vaut pour toi entrer dans le royaume de Dieu n'ayant qu'un oeil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne,

48 où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s'éteint point.

49 Car tout homme sera salé de feu.

50 Le sel est une bonne chose; mais si le sel devient sans saveur, avec quoi l'assaisonnerez-vous?

51 Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres.


Les Commentaires

 

 Ne suivent-ils pas la tradition des anciens (Marc 7,5):

On retrouve le conflit entre loi ancienne et loi nouvelle déjà commentée en Marc 1 (cf loi). Les pharisiens étaient à l'origine des chercheurs de Dieu, voulant mettre Dieu dans tous les gestes de leur vie. Mais ce fondamentalisme les a conduit à s'éloigner du sens intérieur de la loi. C'est à cet esprit de la loi, cette intériorité qui conduit à l'amour de Dieu et du prochain que le Christ les appelle. De la même manière, tous chrétiens est appelé à aller au delà du rite pour retrouver le sens de l'appel intérieur (éthique) qui nous conduit à l'amour.

 Petits chiens (Marc 7,27):

Allusion au fait qu'elle est païenne et que n'étant pas de race juive, elle était à l'époque considérée comme impure et indigne de Dieu. Le Christ est ébranlé par sa foi et montre la, comme il le montrera avec la Samaritaine (cf Jn 4), sa compassion pour ce qui est petit et rejeté par les hommes.

 Ouvre-toi (Marc 7,34):

Au delà de l'histoire du sourd, l'évangéliste, dont les récits sont une sortes de catéchèse, veut nous interroger sur notre propre surdité à la parole, comme il le faisait déjà à propos de la parabole du Semeur.

 Ils n'ont rien à manger (Marc 8,2) :

Là encore, la faim de la foule dépasse le seul besoin physique mais exprime la recherche du peuple. C'est pourquoi la prise de conscience du pain reçu en abondance est essentielle dans la démarche de foi du chrétien.

 Sept corbeilles (Marc 8,8) :

Le chiffre sept signifie la perfection. Que l'homme soit rassasié par Dieu et qu'il en reste encore une "perfection" de corbeilles traduit le don incommensurable de Dieu. Il appelle à une réflexion intérieure sur les dons reçus de Dieu, sur cet époux (se) que Dieu a mis sur mon chemin, sur cette joie de la rencontre et sur l'au-delà de joie qui nous comblera, au-delà des doutes et des souffrances...

 Signe venant du ciel(Marc 8,11) :

Dans les autres synoptiques, Jésus renvoit à un seul signe Jonas. Marc omet de citer Jonas. Les divers commentaires concordent pour dire que c'est soit un oubli soit volontairement parce que les lecteurs non-juifs de l'évangile n'aurrait pas compris l'allusion. Soit... Le sens demeure identique cependant : le seul fondement véritable de la Foi est la mort et la Résurrection de Jésus. C'est aussi le seul signe que Dieu veut donner car c'est une révélation parfaite de son Amour. Par exemple, la multiplication des pains qui précède est ainsi remise à sa juste place : elle annonce LE signe de la Dernière Cère/Passion/Résurrection. En fait, le seul signe donné, c'est Jésus lui-même quand ont peut dire dans l'Esprit qu'il est Seigneur. Tous les autres sont comme des doigts qui Le désignent. Notre tentation fréquente est d'attendre une preuve irréfutable. Mais Dieu reste un Dieu caché, proche et distant à la fois. Le signe, c'est le chemin parcouru, ce n'est que rarement une certitude, car la certitude serait une atteinte à notre liberté...

 Il fut guéri(Marc 8,25) :

Il ne sera pas donné de signe (cf Marc 8,12)et pourtant Jésus n'a cessé de faire des miracles, mais le levain des pharisiensmet le doute dans une réalité pourtant évidente. Jésus est l'envoyé de Dieu. Il ne cesse de le montrer dans ses actes. Et lorsque les disciples doutent encore, Jésus les conduit par la main, leur ouvre les yeux....

 Tu es le Christ(Marc 8,29) :

Cette affirmation de Pierre à Césarée est une affirmation centrale dans l'évangile. Elle fait suite à l'épisode de l'aveuglement et des signes et dans ce sens, elle est révélation. Ce que Pierre affirme, c'est la prise de conscience intérieure (et probablement inspirée par l'Esprit) que Jésus est Christ, messie de Dieu, celui que les juifs attendaient depuis plusieurs centaines d'années.

 ne dire cela à personne(Marc 8,31) (Marc 9,9) (Marc 11,33):

Il ne sera pas donné de signe (cf Marc 8,12)Le Christ n'affirme pas sa filiation, il laisse l'homme trouver cette révélation au fond de son coeur. Car le mystère révélé dépasse l'affirmation. Il va plus loin qu'une parole... La révélation de Dieu, à travers l'incarnation du fils, laisse une place à la liberté et au "saut de la foi" (cf Sesboué, Pédagogie du Christ). C'est la parole incarnée, crucifiée et ressuscitée (cf v. 32) et son "au-delà" qui révèle Dieu (cf Marc 15 v.38) sans le réduire à une affirmation réductrice.

  Arrière de moi, Satan !(Marc 8,33) :

Et cependant, ce même Pierre qui a vu la gloire de Dieu dans son affirmation précédente reste un homme empris de doute. Le contraste est saisissant. Il renforce l'idée que la foi est don de Dieu et que le maintien de la foi est lieu de vigilance. Cette dualité chez l'homme, que l'on retrouvera dans la trahison de Pierremais également dans bien d'autres passages (lavement des pieds) est pleine de sens. Elle appelle à l'humilité. Pierre, pierre sur laquelle le Christ bâtit son église est un homme pécheur et un homme pardonné, un homme qui doute et qui affirme.

 Qu'il renonce à lui-même (Marc 8,34) (Marc 10, 21) :

Le renoncement n'est pas la mort mais la vie. C'est l'acte de sortir de sa toute-puissance, de son orgueil, pour accueillir une autre vérité, celle du Christ. Sortir d'un chemin tourné vers soi, pour aller vers l'amour don, l'amour agape (cf 1 Cor 13, v. 4). Lorsque l'on rencontre l'autre aimé, on peut comprendre cette réalité qui nous pousse de l'égoïsme à l'amour. Le désir de l'autre nous appelle au désir du don. Il y a dans le mariage cette tension hors de soi qui est un renoncement à soi pour un plus grand bonheur...

 Qu'il se charge de sa croix(Marc 8,34) :

Le Christ n'appelle pas au sacrifice...

Il parle au contraire d'une démarche intérieure où la croix (le lot de tout homme, dans la souffrance, le mal, la maladie et la mort) est soulevée, dépassée, pour suivre le Christ. La seule réponse de Dieu à la souffrance des hommes, c'est le Christ souffrant sur la croix, avec l'homme. C'est même, concomitamment à la souffrance du Christ, un Dieu qui souffre (cf Varillon, La souffrance de Dieu ) de voir le résultat de la malice des hommes. Cette affirmation est celle de l'évangile. Elle se traduit notamment dans la parabole des vignerons homicides, (Marc 12, 1 à 10).

  Ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance(Marc 9,1) :

Ce verset annonce les versets suivants (transfiguration) mais également la manifestation de la puissance de Dieu dans la résurrection du fils. En cela, l'évangile de Marc est une savante construction catéchétique qui nous emmène progressivement à la révélation ultime de la puissance de Dieu (la seule puissance de Dieu étant traduit par cet amour du Christ jusqu'au bout. Varillon, disant à ce sujet que Dieu n'est qu'amour et que Dieu est tout puissant dans le sens ou l'amour est tout-puissant.)

 Élie est venu(Marc 9,1) :

Jean-Baptiste est présenté par Marc comme le nouvel Elie (Elie ayant dans l'ancien testament était enlevé par Dieu pour revenir avant la venue du Messie.


Si vous avez une question sur le texte n'hésitez pas à nous contacter

L'intégrale de l'évangile de Marc sans commentaires

 

Pprécédentehomesuite